Samedi 21 mai à 10h45, le XXIIème conversatoire de poésie contemporaine a été animé par Christian Perez.
L'après-midi ce même jour, dans les mêmes locaux (hall de la salle Emilien Michoux à Cours la Ville), il a officiellement reçu le Prix d'Estieugues 2016
 
Rappelons brièvement le fonctionnement de ces conversatoires. Il s'agit pour l'Ecritoire d'Estieugues d'inviter un poète qui, durant une heure et demie environ livre au public son regard sur la poésie d'aujourd'hui. Carte blanche lui est accordée pour l'organisation de ce rendez-vous : l'invité est libre de lire ses propres textes (ou de les faire lire par des membres de l'Ecritoire), de présenter et de lire d'autres auteurs, notamment ceux qui se révélèrent déterminant au cours de son cheminement poétique. Enfin, pour illuster l'intitulé de "conversatoire", l'intervenant peut s'entretenir directement avec l'auditoire tant durant sa prestation proprement dite que pendant l'apéritif qui clôt la manifestation. Le poète peut également dédicacer ses ouvrages à ce moment-là. 
 
Durant une heure et demie, Christian Perez a donc eu tout loisir de présenter le recueil qui lui a valu le Prix d'Estieugues : "Plaidoyer pour quelques moments de grâce" suivi de "La nuit de nos corps est fugitive" ainsi que ses recueils précédents "Comme un bruissement de lumière" et "Aux quatre coins d'un ciel" (ouvrage réalisé en collaboration avec le photographe Jacques Duroisin).
 
Né à Pouzolles, dans l'Hérault, Christian Perez demeure à Thizy (Rhône) depuis fort longtemps. Poète discret, attentif à l'intimité des êtres et des choses, il a peu publié et revendique un droit affirmé à la paresse. Son écriture le range aux côtés des partisans d'une poésie plus élégiaque que cérébrale, empreinte de nostalgie et ponctuée d'images qui doivent à la nature l'essentiel de leur envoûtante beauté.

Samedi 9 avril à 10h45l'Ecritoire d'Estieugues a proposé son vingtième conversatoire de poésie contemporaine. En raison des travaux qui rendent indisponibles les locaux de l'association au château de la Fargette, cette manifestation s'est déroulée dans le hall de la salle Emilien Michoux (cinéma / théâtre) à Cours la Ville.
 
L'invitée fut Danièle Faugeras.
Danièle Faugeras demeure dans le Gard. Poète, traductrice et éditrice, elle poursuit un travail d'écriture nourri de silences et de contacts avec la nature. Elle a ainsi appréhendé un réel unique inaccessible, confondant en une même entité "monde externe et monde interne"...
Son activité de traductrice, d'abord orientée sur des textes de clinique psychiatrico-psychanalytique, est conscrée exclusivement à la poésie depuis 2006. Elle s'est engagée sur des chantiers de longue haleine, traduisant l'oeuvre poétique complète d'auteurs espagnols comme Antonio Porchia et Federico Garcia Lorca.
En 2008, elle a crée aux éditions Erès avec Pascale Janot la collection de poésie PO&PSY, qui met en rapport des textes poétiques brefs de toutes origines avec des oeuvres graphiques contemporaines.
 
De "Ici n'est plus très loin" (La Part de l'OEil, Bruxelles, 2001) à "Quelque chose n'est" (Lieux dits, coll. Deux rives, Strasbourg 2014), elle a publié plusieurs recueils de poésie aux éditions Encre et lumière, Propos2Editions, Recours au Poème éditeurs, ainsi qu'en revues (L'Atelier, Vocatif, Voix d'encre, Revue Alsacienne de Littérature, Recours au Poème...) Certains de ses poèmes ont été traduits en italien.

Samedi 10 octobre à 10h45l'Ecritoire d'Estieugues a proposé son dix-neuvième conversatoire de poésie contemporaine. Pour la première fois, en raison des travaux qui rendent indisponibles les locaux de l'association au château de la Fargette, cette manifestation s'est déroulée dans le hall de la salle Emilien Michoux (cinéma / théâtre) à Cours la Ville.
 
L'invté du 10 octobre fut Daniel-Pierre Brivet.
Né en 1947 à Cusset dans l'Allier, il a passé ses jeunes années à Saint-Germain-des-Fossés puis à Vichy. Ses études secondaires terminées, il poursuivit des études d'histoire à Clermont-Ferrand où il obtint une maîtrise d'histoire ancienne. En 1976, il entra dans l'administration de l'Education Nationale où il effectua toute sa carrière. Il vit aujourd'hui à Bourg-en-Bresse.
En 1975, il participe à l'encyclopédie "Poétes face à la vie" des éditions Anathor. En 1977, paraît son premier recueil "Les Heures décomposées" qui sera suivi de sept autres. Ecrivant également pour le théâtre, il obtient en 2008, pour sa courte pièce "Une lueur d'espoir", le Prix de l'oeuvre dramatique aux Jeux Littéraires méditerranéens de Montpellier. Il reçoit en décembre 2010 le Prix René Vivien pour son recueil de poèmes "Les Odeurs dépouillées" publié par l'éditeur lyonnais Jacques André.
Daniel-Pierre Brivet est membre de l'Union des Ecrivains de Rhône-Alpes... 
 
Voici quelques extraits de son recueil "les Odeurs dépouillées" :
 
je t’écris sur la pierre
appuyé sur le bord
de ma fenêtre
 
je te rêve dans la pierre
par bouquets de cristaux
                
                  *****
 
         le livre entrouvert
sur ton corps dénudé
par la brise feuilleté
livre ses à-côtés
 
et l’après-midi dépouillé
         retrouve l’odeur douce
d’un parfum de papier 
 
           *****  
 
nous longerons furtifs
les immeubles crédules
les murs aux multiples secrets
le boulevard sera vide
entre les voitures grouillantes
la ville ses odeurs
seront bientôt pliéees
 
et soudain si légers
à nous croire envolés
nous foncerons vêtus
de nos seuls regards